TEMOIGNAGES

 

Nous vous proposons de prendre connaissance de témoignage d'amélioration, voire de guérison de maladies arthritiques grâce à des soins naturels ainsi qu'à des changements d'hygiène de vie.

Le témoignage d'Ariane sur : http://blogue.passeportsante.net/temoignages/2006/09/larthrite_en_cadeau_pour_mon_2.html

C'est le matin de mes 28 ans. Beau cadeau, je me réveille avec un genou enflé. Deux mois plus tard, l’autre genou se gonfle à son tour. Puis, c’est ma mâchoire. Je peine à mastiquer les plus fines tranches de concombre. De multiples tests et analyses sanguines m’apprennent que je souffre d’arthrite rhumatoïde. Ce diagnostic est, pour moi, un drame… Je vivais de danse, j’adorais me déplacer à vélo, été comme hiver. 

J’ai d’abord suivi la voie de la médecine classique : ponction dans le genou, médicaments anti-inflammatoires, antirhumatismaux de fond (salazopyrine) et, finalement, méthotrexate, un puissant immunosuppresseur. Même si les doses et la puissance des substances consommées ont augmenté au fil des mois, mon état a continué à se détériorer. Les effets secondaires des médicaments, eux, se sont accumulés : fatigue, nausées, étourdissements, troubles digestifs, état dépressif, acouphènes...

Une aide précieuse : la médecine complémentaire

Heureusement, dès le départ, j’ai cherché du côté des approches complémentaires. Malgré ma situation financière précaire, j’ai décidé de débourser pour certains de ces traitements non remboursés par l’État. Aujourd’hui, je ne regrette rien. C’était un investissement on ne peut plus rentable.

Durant les 18 mois qu’a duré le plus gros de ma crise, j’ai donc été traitée par un physiothérapeute, un acupuncteur, un ostéopathe, un chiropraticien, un thérapeute en technique Bowen et, surtout, j’ai entrepris une démarche en naturopathie. Toutes ces approches m’ont apporté quelque chose de positif, certaines de façon plus déterminante que d’autres parce que c’est ce dont moi j’avais le plus besoin.

L’acupuncture et l’ostéopathie m’ont aidée à regagner de la mobilité dans les articulations. Combien de fois me suis-je relevée de la table de traitement avec les genoux qui dépliaient plus qu’à mon arrivée ! Sans parler de l’énergie qui circulait mieux dans tout mon corps.

La chiropratique, plus précisément la technique NUCCA (un ajustement de la première vertèbre cervicale, sans craquement ni torsion), s’est révélée salutaire pour mon état général et le traitement de mes douleurs à la mâchoire. J’ai senti la douleur baisser d’un cran dès mon premier traitement. Quelques semaines plus tard, je croquais de nouveau dans une pomme, sans douleur. Quel délice !

Retrouver son pouvoir

Quant à la physiothérapie, elle m’a permis de découvrir différentes routines d’exercices et d’étirements qui font disparaître ou diminuent mes douleurs pour plusieurs heures. Quand je réussis à faire ma petite gymnastique régulièrement, mon corps et mon esprit se portent au moins deux fois mieux. Mes muscles tonifiés supportent mieux mes articulations qui, elles, sont moins douloureuses.

Ces exercices doux et adaptés sont au coeur de mon processus de guérison. Je sens que j’ai du pouvoir sur mon bien-être. Je ne me sens plus une victime.

Une autre de mes rencontres essentielles a été celle avec « ma » naturopathe. Au moyen d’un journal alimentaire, nous avons analysé ce que je mangeais et détecté les aliments qui exacerbaient mes symptômes. J’ai graduellement éliminé plusieurs aliments que je consommais régulièrement : produits laitiers, gluten, noix, sucre, chocolat, thé, certains fruits et légumes, etc. Aujourd’hui, quand je déroge à ma nouvelle alimentation, j’en ressens les effets : mes douleurs augmentent. Mais plus le temps passe, plus je me rétablis, moins ma réaction est forte quand je « triche ».

Je consomme des tisanes de plantes médicinales (ortie et avoine) et des produits naturels : anti-inflammatoires à base d’herbes, glucosamine, oméga-3, vitamine C, calcium et un immunomodulateur. Grâce à ce dernier, ainsi qu’à tous les autres changements dans ma vie (exercices, alimentation, etc.), j’ai éliminé progressivement le méthotrexate, qui provoquait des effets indésirables

Pas de recette

J’ai dû aussi « faire du ménage » dans ma vie, et faire le point sur certains événements douloureux de mon passé. Je crois sincèrement que ma crise d’arthrite devait servir à effectuer ces changements nécessaires. Je me sens mieux maintenant qu’il y a 5 ans... même si, à cette époque, je ne faisais pas d’arthrite

Ma démarche n’est pas une recette miracle pour guérir de l’arthrite rhumatoïde. Cela n’existe malheureusement pas. À chacun d’entendre ce que le corps réclame et de rééquilibrer sa vie. À chacun de trouver ce qui le soulage. Mais, selon moi, les médecines dites alternatives ont beaucoup à apporter.
Ariane

                                                                                                                                                        

Témoignages intéressants sur le site du naturopathe Yvan Labelle : www.editionsouffledevie.com/temoignage.html

Rémission de spondylarthrite ankylosante grâce à l'alimentation selon la méthode du Dr Seignalet : http://alimentation.canalblog.com 

Guérison de spondylarthrite ankylosante par l'homéopathie et la phytothérapie :
http://bonheurdefemme.blogspot.fr/search/label/spondylarthrite%20rhumatisme

Témoignage sur la polyarthrite et l'origine psychosomatique des maladies après la naissance d'un enfant

L'ARGILE -  extraits du livre de Raymond Dextreit "l'argile qui guérit"

"Aucun inconvénient ne résulte de l'application d'argile après la pose de broches, vis, plaques, clous, etc."

"La goutte : bon résultat après quatre mois de traitement comportant une cuillerée à café d'argile par jour par voie interne"

"Rhumatismes : après un an de traitement comportant des cures d'argile par voie buccale et des applications d'argile, on peut constater la guérison des rhumatismes"

"Accidentée de la route, la chanteuse Rika Zaraï a eu deux vertèbres fracturées dont l'une en sept parties. Six mois d'applications d'argile sur la colonne vertébrale (et une hygiène de vie totalement transformée) amèneront une consolidation remarquable. Rika fera ensuite la promotion des soins naturels à travers les médias."

"Sciatique par affaissement des vertèbres : depuis deux ans, les crises (terribles) se font de plus en plus fréquentes et de plus en plus douloureuses. Le malade est immobilisé au lit lorsqu'il entreprend le traitement avec absorption d'argile et cataplasmes sur la région lombaire.
Dès qu'il peut se lever, il remet un corset orthopédique qu'il portait auparavant, pour le remplacer bientôt par une ceinture plus légère. Cette ceinture fut abandonnée par la suite pour un simple bandage de toile, lui même rapidement délaissé.
Deux ans après la fin de la dernière crise, il n'y en a pas eu d'autre et rien ne laisse prévoir qu'il puisse en survenir."

"La polyarthrite dont je souffrais depuis deux ans et demi continue à régresser. Il n'y paraît presque plus et j'ai récupéré presque toute l'amplitude de mes mouvements. Pourtant, je vais avoir 70 ans. Je continue donc à appliquer ces cataplasmes d'argile dont je me trouve si bien."

"Souffrant de sciatique provoquée par une usure des disques intervertébraux, mon mari a entrepris le traitement avec les cataplasmes d'argile chaque soir sur la région lombaire. Comme cela est envisagé dans le livre, les douleurs ont commencé par s'intensifier les deux premières semaines, mais ensuite l'amélioration est apparue. La hanche est maintenant débloquée et mon mari peut se déplacer aisément. Ainsi sommes-nous très satisfaits des résultats obtenus."

"Un ami avait une déformation de la 5e vertèbre lombaire consécutivement à un accident dans sa jeunesse. L'âge de la retraite venu, une sciatique ne lui laissait aucun répit. Infiltrations, massages, calmants, tout avait été essayé en vain. Dès le premier cataplasme d'argile, mon ami a pu enfin dormir et, dans la journée, s'asseoir, ce qui lui était impossible depuis longtemps. Inutile de préciser que ce n'est pas un seul cataplasme d'argile qui a guéri mon ami car il en a appliqué ensuite des mois durant, dès que cela semble nécessaire.

"Ostéomyélite : grâce à l'argile, j'ai pu surmonter une grave ostéomyélite. Voici un an que la guérison est complète, contrôlée par une récente radio selon laquelle le fémur est si bien recalcifié que le radiologue m'a demandé qui avait effectué cette "greffe". En réalité, j'ai appliqué 1 200 cataplasmes d'argile et il a fallu 10 mois pour faire disparaître le pus sortant de l'os et des chairs. Je souhaite que cet exemple donne courage et patience à tous ces malheureux qui, comme moi, ont touché le fond du désespoir puisque l'on envisageait l'amputation."

"Hernie discale : nous avons entrepris de traiter une hernie discale avec l'argile. Il a fallu continuer les applications quotidiennes pendant six mois, mais la guérison a été totale."

"Souffrant d'une sciatique si douloureuse que je puis à peine me lever, je consulte un acupuncteur et deux ostéopathes, lesquels croient à la nécessité d'une intervention chirurgicale. Je décide alors d'appliquer l'argile sur la région lombaire, deux cataplasmes chaque jour et un chaque nuit, avec en plus bain de siège froid, cure de citron et d'argile par voie buccale, tisane recalcifiante. Ceci pendant deux mois très strictement. Le troisième mois, c'est la convalescence, après quoi l'état est redevenu tout à fait normal, les soins étant toutefois continués au ralenti, pour consolidation."

"lettre d'une infirmière : depuis plusieurs années je souffrais de douleurs lombaires que je mettais sur le compte de refroidissements ou de "brancardages" fréquents. Quant je suis soudain bloquée, le chirurgien me donne un repos de 10 jours avec traitement anti-inflammatoire. Mais, pas d'amélioration. Je reprends le travail surtout pour le moral. Mais la marche est douloureuse, je suis tordue, je peux à peine m'asseoir, j'ai des crampes et une sciatique du côté droit. La nuit, le repos est pratiquement impossible, même avec des calmants. Une hernie discale est diagnostiquée.
Ayant entendu parles des bienfaits de l'argile, je demande conseil à un praticien et je suis ses recommandations : j'ai supprimé la viande, j'ai fait des cures de citrons, de pissenlits, d'aubier de tilleur. J'ai bu de l'argile et en ai fait des applications. J'ai suivi le traitement d'une façon très stricte. C'est astreignant, mais je ne regrette rien. Au bout de six mois je me sentais nettement mieux et je n'ai pas eu de nouvelles crises, juste l'impression d'être "rouillée le matin, mais cela se dissipe très vite. Je faisais également chaque soir un quart d'heure de gymnastique pour renforcer ma musculature lombaire.

"Souffrant d'une jambe depuis trois ans, j'ai consulté et le médecin a diagnostiqué une coxarthrose de la hanche droite, m'assurant que j'étais une future invalide. Depui six mois, j'applique l'argile tous les soirs. Le résultat est merveilleux : je ne boite et ne souffre plus, alors que les douleurs étaient devenues atroces."

"Les médecins ne comprenaient pas que je sois atteinte d'arthrose à l'âge de 37 ans. Ils ne me proposaient aucun traitement, ils ne me proposaient aucun traitement, il fallait attendre que, la maladie prenant de plus grandes proportions, on passe au stade opératoire. J'ai alors connu et utilisé l'argile et les remèdes naturels. Les cataplasmes d'argile étaient posés chaque nuit. Trente mois après, alors que je ne souffrais plus depuis longtemps, j'ai demandé à passer une nouvelle radio. Le résultat était tel que les médecins, au lieu de s'intéresser à ce que j'avais fait, ont mis en doute la valeur des radios et examens précédents.

"Une amie m'a prêté le livre "l'argile qui guérit", j'ai fait l'expérience sur un genou atteint à la fois par la décalcification et l'arthrose. Bien que j'aie 78 ans, mon articulation a tout de même été libérée, ce qui est heureux, mon autre jambe ayant été amputée alors que j'étais très jeune."

"J'ai expérimenté les bienfaits de l'argile sur une arthrite de l'épaule. Ce fut un succès."

"Je ne pouvais plus jardiner tellement j'avais mal au dos après chaque heure passée au jardin. J'ai entrepris de poser des cataplasmes d'argile sur mes vertèbres lombaires pendant plus de deux mois en hiver. Au printemps suivant, je pouvais de nouveau jardiner sans souffrir !"